Transmasc et gouine

12/06/2020
Par Invité.e

T’es trans ?
T’es gouine ?
T’es trans ou t’es gouine ?
Mais… Mais…
Tu ressembles à un mec ! »
Le tout dit sur un ton sec.
Mon cœur s’emballe,
Dois-je me justifier ?
« En fait remballe,
Je n’ai rien à t’expliquer ! »

J’vous refais un peu l’histoire
Afin que vous compreniez.
Un échange de textos un soir
M’a fait comprendre qui j’étais.
Tout d’abord j’ai dit « lesbienne » ,
C’était il y a bien vingt ans.
Enfin, pas à ma famille
De peur de leur faire de la peine
Mais aussi parce que tu te dois
De rester dans les rangs !
S’opposent alors en toi
Tes envies et tes convictions
Du coup ton corps
S’remplit de contradictions.
Par-dessus, le milieu force les représentations.
Question de fierté sûrement !
Mais… pourquoi ne pas laisser chacun.e
Gérer ses hésitations et se définir à sa façon ?
Et puis j’me demande vraiment
En quoi cela devrait-il être une fierté
Et non pas une normalité ?

Un jour j’ai fini par dire « gouine »
Oui, tu sais ce mot un peu moche et qui abîme
Dans cela je voulais appuyer mon féminisme
Faire le lien entre chaque partie de moi
Construire une identité multiple
Qui réveillerait les consciences politiques
Algérienne, née à Paris
Gouine et féministe
Militante antiraciste
Musulmane au vécu psychiatrique !
On m’a dit : « c’est comme vouloir mélanger
L’huile et l’eau. »
Par habitude ou à défaut
J’ai relevé le défi.

Deux, trois mois plus tard
J’ai découvert aussi
Que je n’étais pas forcée
De devenir un mec
Mais que je n’étais pas non plus une femme.
On m’a dit : « t’es trop chelou, t’es trop weirdo,
En fait t’es pas ce qu’il faut ».
Vous savez quoi ?
Dans le fond j’men fous !
Alors oui, je suis trans et gouine !
Je le dirai parfois sans bruit,
En tremblant mais sans un cri !
J’veux juste rappeler
Que chacun.e devient ce qu’ielle est
Par son parcours de vie
Et pas un point dans le temps !

Pour la majorité,
Il ne s’agit que d’une sexualité.
Pour ma part
À chacun.e de créer sa place.

Au final,
On aime des gens de plein de façons
Et cela évolue entre chacun.e d’entre nous.
On aura beau coller toutes les images,
Les injonctions qu’on veut,
Quand on tombe amoureux.se,
On tombe tout court et on apprend à aimer.
N’oublie juste pas de te demander
Comment toi tu veux être aimée !

Ce texte a été écrit par Dal Chibane, qui a accepté de le confier à Jesuisgouine. Qu’iel en soit remercié.e

D'autres textes :

Pas une alliée

Je ne suis « l’alliée » de personne. Et je ne demande à personne d’être mon allié.e. Pourtant je sais bien que le concept d’allié présente un attrait indéniable, à la fois pour les personnes concernées et pour les autres. Il désigne, en gros, les gen.te.s qui ne sont...

read more

La table des hommes

J’ai essayé pendant longtemps de me tailler une place à la table des hommes. Je pensais que c’était ça, le féminisme. Obliger les hommes à se pousser un peu. Les convaincre de refermer leurs jambes et de resserrer leurs coudes pour nous laisser les rejoindre. Oh, pas...

read more

Injuste

Ma grand-mère a passé les dernières années de sa vie dans un EHPAD. Une maison de retraite sans trop de moyens, où un personnel débordé faisait ce qu’il pouvait sans parvenir à empêcher qu’une épaisse odeur d’urine imprègne les lieux. L’attitude de ma grand-mère à...

read more