Si les gouines n’existaient pas

12/06/2020
Par Invité.e

Je ne serais pas une femme si les gouines n’existaient pas.

Je suis une femme transsexuelle et je n’ai rien pu faire d’autre que d’être lesbienne et butch. C’est-à-dire que je me suis inventée selon ces codes alternatifs à la féminité dominante. Si je n’avais pas compris que j’étais une de ces gouines là, je n’aurais pas pu me dire femme.

Je me suis reconnue dans le visage d’Eli Erlick puis j’ai commencé ma transition de genre. Je n’ai pas voulu me voir dans celui de Vanesa Campos. Je suis désolée de n’avoir pas voulu me risquer à lui ressembler.  

Je suis gouine mais mon statut de trans me me permet d’avoir des relations avec tout le monde. Je ne peux pas sortir avec une personne avec des convictions sexistes, ça exclut une majorité de lesbiennes et de bies. 

Alors comme on croit la pomme trop mûre parce qu’elle est trop haute, je ne suis plus attirée par toutes les femmes, mais seulement par les gouines : celles qui aiment beaucoup et avec sincérité contre les normes.

Je suis gouine mais mon statut de trans ne me fait pas ressembler à une lesbienne. Quand on se croise dans la rue, celle-la ne me reconnaît pas souvent. Alors je me dis préférer cette solitude et me méfier des groupes. 

Dans nos communautés gouines, on parle en mal des bites et on se méfie de celleux qui ressemblent ou furent des hommes.

Je crois que c’est en partie de ça dont Doona est morte.

Les communautés de gouines cis, nos amoureuses, mettent parfois en compétition les hommes, personnes non binaires et femmes trans. Qui saura le mieux rejeter sa masculinité, passé ou présente, pour s’intégrer le mieux ?

L’épouvantail du “surtout pas de mec cis”, omniprésent, cache mal la haine pour les personnes trans.

Quelques années plus tard, les genres et les corps ne font plus beaucoup de sens pour mes désirs de gouine. Je suis si heureuse d’aimer des visages et des voix sans ça. Un jour, j’en suis sûre, ça sera à mon tour d’aimer mon propre reflet.

D'autres textes :

Pas une alliée

Je ne suis « l’alliée » de personne. Et je ne demande à personne d’être mon allié.e. Pourtant je sais bien que le concept d’allié présente un attrait indéniable, à la fois pour les personnes concernées et pour les autres. Il désigne, en gros, les gen.te.s qui ne sont...

read more

La table des hommes

J’ai essayé pendant longtemps de me tailler une place à la table des hommes. Je pensais que c’était ça, le féminisme. Obliger les hommes à se pousser un peu. Les convaincre de refermer leurs jambes et de resserrer leurs coudes pour nous laisser les rejoindre. Oh, pas...

read more

Injuste

Ma grand-mère a passé les dernières années de sa vie dans un EHPAD. Une maison de retraite sans trop de moyens, où un personnel débordé faisait ce qu’il pouvait sans parvenir à empêcher qu’une épaisse odeur d’urine imprègne les lieux. L’attitude de ma grand-mère à...

read more