Mieux

09/28/2020
Par JeSuisGouine

Je suis une gouine cis blanche mince valide et bourge – le bingo complet de la domination, n’était-ce pour ma double condition de femme et de femme qui aime les femmes.

Et j’écris ce texte en pensant à toutes celles qui sont comme moi, parce qu’on ne peut pas continuer.

On ne peut pas continuer, nous les gouines cis blanches minces valides, à laisser les meufs trans, les meufs grosses, les meufs racisées, les meufs neuroatypiques ou non-valides, nous expliquer à quel point elles vivent des violences abyssales tout le temps – tout le temps, c’est-à-dire y compris dans les contextes de séduction – et faire oui oui de la tête tout en pensant « ouais mais moi c’est pas pareil, moi c’est mes préférences c’est tout ».

Non, ce n’est pas « tout ».

Il ne s’agit pas que d’une histoire de préférences.

C’est également une histoire de racisme. De transphobie. De classisme. Une histoire de validisme et de grossophobie.

Pourtant, beaucoup de gen.te.xs ont l’air de penser qu’on peut faire une distinction stricte entre pratiques et attirances, sur le mode : si je décide de mes actes, en revanche je n’ai aucune maîtrise sur mon désir. Mes préférences sexuelles définissent le champ des possibles – et je ne peux avoir aucune prise ni sur les premières, ni sur le second.

C’est une impasse, et une impasse dangereuse.

On ne peut pas exclure nos attirances de notre grille de lecture politique. Se déconstruire est un travail, et comme tout travail il est fatigant, souvent exigeant, parfois difficile : je comprends que l’on aimerait faire échapper une partie de notre intimité à notre lucidité. On voudrait se dire : ici, je laisse mes convictions politiques à la porte. Ici, je peux cesser de réfléchir et me laisser aller dans mes désirs « naturels », mes désirs « spontanés ».

Le problème, c’est que nos désirs sont traversés par toutes les oppressions qui modèlent la société dans et à travers laquelle nos individualités se sont formées. Et c’est singulièrement le cas quand on appartient, d’une façon ou d’une autre, aux dominant.e.xs.

Si l’on n’y prête pas attention – au motif que nos attirances seraient impossibles à changer – alors on va faire comme les gays riches et blancs, qui se sont droitisé à une vitesse qui défie l’imagination.

Je suis une gouine cis blanche mince bourge valide et j’ai choisi de faire couple exclusif avec une meuf cis blanche mince valide et bourgeoise – comme moi.

Je le dis ni pour me flageller, ni pour en faire une fierté.

Je le dis pour être honnête. Je le dis parce que mon discours, comme tout discours, est situé.

Je le dis parce que je ne suis pas un exemple. Je le dis parce que je n’ai pas de leçon à donner.

Le moins que je puisse faire, c’est reconnaître que mes préférences sexuelles sont socialement orientées.

Le moins que je puisse faire, c’est admettre que mes désirs sont politiquement conservateurs – et ne pas m’en contenter.

Le moins que je puisse faire, c’est de ne pas me cacher derrière l’Amour et tout le tralala pour éviter de travailler sur mes désirs et leur caractère profondément excluant.

Il ne s’agit pas de faire son autocritique pour collectionner les bons points.

Il ne s’agit pas non plus de « faire plaisir » aux meufs trans ou grosses ou racisées. Dans ma démarche n’entre aucune charité – qui est, avec la fétichisation, l’autre visage du mépris.

Il s’agit de s’examiner avec sincérité, avec exigence, avec lucidité, pour savoir où finit l’amour et où commence la violence.

C’est un travail de longue haleine. Peut-être même un travail infini.

C’est un travail nécessaire.

Les pédés cis blancs qui haussent les épaules quand ils entendent parler de follophobie et de racisme, tous ceux dont les profils sur les applis commencent par « pas de … » : je crois que vous n’avez rien compris.

Les gouines cis blanches qui parlent de travailler sur leurs désirs avec la condescendance d’une aristocrate à qui l’on demande de faire l’aumône de sa précieuse chatte : je crois que vous n’avez rien compris.

Nous méritons mieux qu’un désir qui garde les portes de l’ordre social bien fermées.

Nous méritons mieux qu’un désir de garde-chiourme.

Non, on ne peut pas continuer.

D'autres textes :

Pas une alliée

Je ne suis « l’alliée » de personne. Et je ne demande à personne d’être mon allié.e. Pourtant je sais bien que le concept d’allié présente un attrait indéniable, à la fois pour les personnes concernées et pour les autres. Il désigne, en gros, les gen.te.s qui ne sont...

read more

La table des hommes

J’ai essayé pendant longtemps de me tailler une place à la table des hommes. Je pensais que c’était ça, le féminisme. Obliger les hommes à se pousser un peu. Les convaincre de refermer leurs jambes et de resserrer leurs coudes pour nous laisser les rejoindre. Oh, pas...

read more

Injuste

Ma grand-mère a passé les dernières années de sa vie dans un EHPAD. Une maison de retraite sans trop de moyens, où un personnel débordé faisait ce qu’il pouvait sans parvenir à empêcher qu’une épaisse odeur d’urine imprègne les lieux. L’attitude de ma grand-mère à...

read more