D’un seul coup

08/03/2020
Par Invité.e

Je sais pas trop où commence vraiment cette histoire.

Est-ce que c’est la première fois que j’ai embrassé une fille ? Le jour de mon premier coming-out ?

Je me suis rendu compte que j’étais lesbienne d’un seul coup. J’entends souvent qu’il n’y a pas de moment précis, qu’on découvre son identité au fil des expériences.

Mais pour moi, c’était brutal, je pourrais presque donner une heure. Simplement parce qu’avant ce jour-là, je ne savais même pas que c’était possible.

Avec le recul je trouve ça étrange, mais je n’avais jamais entendu parler d’homosexualité, du moins pas entre deux filles.

J’adorais la musique d’Eddy De Pretto, alors je savais qu’il y avait des garçons qui aimaient les garçons. Ce jour-là, justement en écoutant une de ses chansons, je me suis demandé s’il y avait des chansons qui parlaient d’amour entre deux filles.

J’ai tapé ça dans youtube (c’est sûrement la preuve que quelque part je m’en doutais).

Je suis tombée sur une vidéo de deux filles qui parlaient de chansons LGBT.

Elles m’ont fait rire, alors j’ai regardé d’autres vidéos sur leur chaîne, et j’ai compris qu’elles étaient un couple. Je me suis très vite identifiée à elles.

Je m’étais toujours sentie en décalage par rapport à mes amies, je m’étais toujours sentie mal à sortir avec des garçons, mais je ne savais pas pourquoi.

Et je comprenais enfin d’où ça venait.

J’ai pas mal pleuré ce soir-là, de soulagement de comprendre enfin mais aussi de peur de ce que ça voulait dire pour ma vie, de la réaction des gens.

Mais le sentiment dominant c’était surtout le bonheur.

Parce que je m’étais souvent dit “Si seulement j’étais un garçon pour pouvoir être amoureuse de cette fille”.

Parce qu’avant je pensais que j’étais folle, à cause de ce garçon qui me disait “Je comprends pas pourquoi t’aimes pas quand je te caresse, les autres filles elles adorent “.

Avant, je pensais que ma vie serait ennuyeuse, parce que la perspective de sortir avec un garçon ne m’intéressait pas du tout.

Mais quand j’ai compris que je pouvais tomber amoureuse d’une fille, j’ai eu l’impression que le futur ne pouvait être que superbe.

Alors pour moi, me découvrir lesbienne, c’était surtout me libérer d’un énorme poids que j’avais à peine conscience de porter.

D'autres textes :

Pas une alliée

Je ne suis « l’alliée » de personne. Et je ne demande à personne d’être mon allié.e. Pourtant je sais bien que le concept d’allié présente un attrait indéniable, à la fois pour les personnes concernées et pour les autres. Il désigne, en gros, les gen.te.s qui ne sont...

read more

La table des hommes

J’ai essayé pendant longtemps de me tailler une place à la table des hommes. Je pensais que c’était ça, le féminisme. Obliger les hommes à se pousser un peu. Les convaincre de refermer leurs jambes et de resserrer leurs coudes pour nous laisser les rejoindre. Oh, pas...

read more

Injuste

Ma grand-mère a passé les dernières années de sa vie dans un EHPAD. Une maison de retraite sans trop de moyens, où un personnel débordé faisait ce qu’il pouvait sans parvenir à empêcher qu’une épaisse odeur d’urine imprègne les lieux. L’attitude de ma grand-mère à...

read more